Sous le vernis des convenances, la grande laideur de la petite bourgeoisie

Drôle et cynique “Bella Figura” de Yasmina Reza au Théâtre Le Public.

Le dîner d’anniversaire d’Yvonne (Janine Godinas) (au centre) vire au carnage.
Le dîner d’anniversaire d’Yvonne (Janine Godinas) (au centre) vire au carnage. ©Gaël Maleux

"Ou alors, on prend une chambre à l'Ibis et je vais directement te sauter." C'est en ces termes peu délicats que Boris (Nicolas Buysse) tente une échappatoire auprès de sa maîtresse, Andréa (Jeanne Kacenelenbogen) : ce soir-là, il n'a rien eu de mieux comme idée que de l'inviter dans un restaurant conseillé par… sa femme, Patricia. Sur le parking à l'entrée de l'établissement, Andréa, qui a sorti le grand jeu – robe moulante et talons hauts –, est furax. Au lieu de faire amende honorable, Boris s'enfonce dans le mépris. Fâchés, ils décident de rentrer. Mais, en faisant marche arrière, Boris renverse Yvonne (Janine Godinas). Hasard malheureux, elle n'est autre que la mère d'Éric (Michelangelo Marchese), le compagnon de Françoise (Nicole Oliver), qui, elle, est la meilleure amie de Patricia… Venu fêter l'anniversaire d'Yvonne, Éric, propose au couple de se joindre à eux. Le malaise est palpable et la soirée va virer au carnage.

Tragi-comédie de Yasmina Reza, Bella Figura a été créée en mai 2015 à la Schaubühne de Berlin par Thomas Ostermeier. Aujourd'hui, elle est portée sur la scène du Public par Michel Kacenelenbogen. Drôle et cynique, Bella Figura gratte le vernis de la petite bourgeoisie qui, engoncée dans ses convenances, se débat pour sauver la face, faire bonne figure. Mais l'adultère de Boris va tout faire voler en éclat.

Incroyable Janine Godinas

Les comédiens s’en donnent à coeur joie. Nicolas Buysse excelle en mari minable, gêné d’avoir été surpris avec une Jeanne Kacenelenbogen, qui joue fort bien la maîtresse naïve qui use de ses charmes et n’a plus rien à perdre. À leurs côtés, Nicole Oliver se glisse à merveille dans la peau de l’amie fidèle, coincée dans ses principes, mais qui n’en déteste pas moins sa belle-mère. Une vieille dame qui, entre lucidité et sénilité, s’assoit sur la bienséance et dont Janine Godinas, incroyable, fait jaillir toute l’espièglerie. Et puis, il y a Michelangelo Marchese, impeccable en Éric, homme de la réussite, bien sous tout rapport, mais qui ne peut s’empêcher de draguer Andréa.

Découpée en tableaux successifs, la pièce se déploie dans trois décors (le parking, le restaurant et la terrasse), tous installés sur le plateau, dans lesquels les personnages passent de l’un à l’autre grâce à une double tournette (scène tournante). La scénographie, signée Renata Gorka, s’allie ainsi parfaitement à la mise en scène, fluide, de Michel Kacenelenbogen.

--> Bruxelles, Le Public, jusqu’au 25 juin. Infos et rés. au 02.724.24.44 ou sur www.theatrelepublic.be

--> La représentation du 25/6 sera retransmise en direct et en streaming à 19 h sur la plateforme vod.theatrelepublic.be (10 €). “Le bon docteur Gasparri” sera, lui, retransmis le 24/6 à 20h30.