Aurélie Dupont quitte l’Opéra de Paris : “J’ai envie de m’aventurer ailleurs”

L'ex-danseuse étoile devenue directrice de la danse de l'Opéra de Paris en 2016 quittera officiellement ses fonctions le 31 juillet.

Aurélie Dupont quitte l’Opéra de Paris : “J’ai envie de m’aventurer ailleurs”
©AFP/Bertrand Guay

Nous sommes le 18 mai 2015 au Palais Garnier à Paris. Après une prestation éblouissante de L'Histoire de Manon de Kenneth MacMillan, Aurélie Dupont fait ses adieux à la scène en tant que danseuse étoile. Debout, le public l'ovationne pendant 25 minutes ! Elle est âgée de 42 ans et demi, l'âge de la retraite à l'Opéra de Garnier.

Pour autant, elle ne quitte pas définitivement les studios de danse de la compagnie. Un an plus tôt, en 2014, Benjamin Millepied, alors directeur de la danse, lui a demandé de devenir maître de ballet de l'Opéra de Paris. Et, en 2016, lorsqu'il claque prématurément la porte de l'institution, Aurélie Dupont est nommée à sa succession. Six ans plus tard, le 16 juin 2022, elle annonce sa démission, pour quitter les ors du Palais Garnier le 31 juillet prochain. "J'ai toujours dit à mes équipes qu'à 50 ans (elle les fêtera en janvier 2023, NdlR) je m'en irais, a-t-elle confié au Journal du dimanche. J'ai envie de m'aventurer ailleurs. Je suis heureuse d'avoir le courage de prendre mon destin en main".

Étoile à 25 ans

Son destin, pour la danse, Aurélie Dupont le façonne dès son plus jeune âge. Cadette de trois sœurs, elle naît à Paris le 15 janvier 1973. Son père est professeur de médecine et chercheur ; sa mère est infirmière.

À l’âge de 7 ans, elle déménage avec sa famille dans la banlieue de Washington pendant deux ans. Elle découvre le chant, les claquettes et les comédies musicales. De retour à Paris, elle se fait remarquer par son professeur de gymnastique pour son incroyable souplesse. On lui conseille de s’inscrire à des cours de danse. C’est le début d’une histoire d’amour infinie avec cette discipline physiquement et mentalement intransigeante.

À 10 ans, elle réussit le concours de l’école de l’Opéra de Paris et devient un “Petit Rat”. Elle intègre ensuite le corps de ballet à 16 ans, avant d’être promue première danseuse deux ans plus tard.

En 1998, Aurélie Dupont est, à 25 ans, nommée danseuse étoile de l'Opéra de Paris à l'issue de la représentation de Don Quichotte de Rudolf Noureev. Mais, coup dur, quelques mois plus tard, elle se fait opérer d'une blessure au genou droit. Après une lourde rééducation, elle parvient à remonter sur scène, mais est contrainte d'adapter sa façon de danser pour poursuivre sa carrière.

Tout au long de celle-ci, elle aura interprété les plus grands ballets classiques (La Belle au bois dormant, La Sylphide, La Bayadère, Le Lac des cygnes, Casse-noisette…) mais aussi du néoclassique (Georges Balanchine, Roland Petit, Maurice Béjart…) et du contemporain (Pina Bausch, Mats Ek, Angelin Prelojcaj…).

Dix-huit créations pour la compagnie

Ce mélange des styles, l'Étoile va continuer à l'insuffler pendant tout son mandat à la tête de la compagnie. "Ma plus grande fierté est d'avoir contribué à faire éclore des talents, danseurs et chorégraphes", affirmait-elle à l'annonce de sa démission. Elle a ainsi invité de jeunes chorégraphes d'univers différents tels que Mehdi Kerkouche, venu du hip-hop. Elle a également collaboré avec le circassien James Thierrée et la chanteuse Bjork, tout en conviant des chorégraphes stars comme William Forsythe, Mats Ek ou Crystal Pite. En six ans, elle aura ainsi proposé 18 créations pour la compagnie, 23 entrées au répertoire ainsi que la nomination de sept danseurs et danseuses étoiles.

Un management contesté

Tout ne s’est toutefois pas déroulé sans accroc. Deux ans après sa nomination, un rapport sur le management, incluant des témoignages de danseurs, fuite dans la presse et étrille la gestion d’Aurélie Dupont. Le directeur de l’Opéra de Paris, Stéphane Lissner, continue, néanmoins, de lui exprimer son soutien. Par la suite, elle organisera un audit et des réunions régulières avec les principaux concernés.

Alors qu'elle tirera sa révérence d'ici quelques jours, Aurélie Dupont se félicite d'être parvenue à rétablir une certaine sérénité dans une troupe qui "n'était plus très soudée". Elle souhaite désormais s'investir dans des projets plus personnels : sa famille, un livre sur son parcours, un documentaire, une comédie musicale et "pourquoi pas donner des cours de danse".