L’Abbaye de Villers-la-Ville, tombeau majestueux d’un ardent “Roméo et Juliette”

Thierry Debroux signe une adaptation moderne et enlevée, servie par un incroyable casting.

Coup de foudre au bal entre Roméo (Baptiste Blampain) et Juliette (Mathilde Daffe).
Coup de foudre au bal entre Roméo (Baptiste Blampain) et Juliette (Mathilde Daffe). ©DEL Diffusion - Aude Van Lathem

Comment surprendre le public avec l'une des pièces les plus connues et les plus adaptées au théâtre, au cinéma, à l'opéra… ? J'ai nommé : Roméo et Juliette de William Shakespeare. Et bien, pardi !, confiez-la au metteur en scène et directeur du Théâtre du Parc, Thierry Debroux. Homme de défi, épris du théâtre populaire, il a fait de ses nombreuses adaptations et mises en scène, modernes et accessibles à toutes les générations, sa marque de fabrique. Manquait à son palmarès l'une des histoires d'amour les plus tragiques, celle de deux jeunes amants de Vérone, Roméo et Juliette, dont la haine viscérale de leurs familles respectives, les Montaigu et les Capulet, va les mener au tombeau. Et quel tombeau ! Jusque mi-août, c'est la majestueuse Abbaye de Villers-la-Ville, qui résonne de leur dernier soupir.

Deux portes couvertes de tags

Ce mercredi soir, jour de première, le public, est venu nombreux après deux années marquées par les limitations de jauge dues au Covid. L’air est gorgé d’une douce chaleur estivale. Le soleil décline, timide, retranché derrière les nuages qui ont colonisé le ciel de Villers.

Au cœur du cloître, un haut gradin, précédé d’un parterre de sièges, fait face au décor : la scène, brute, s’étire sur trois niveaux aménagés à l’aide d’échafaudages surmontés de deux portes coulissantes, monumentales, couvertes de tags, clin d’œil aux graffitis et messages d’amour que laissaient les touristes sur le mur de la cour de la Maison de Juliette à Vérone.

L’Abbaye de Villers-la-Ville, tombeau majestueux d’un ardent “Roméo et Juliette”
©DEL Diffusion - Aude Van Lathem

D'entrée de jeu, la pièce commence fort, en musique et avec un vif combat d'épée. Si Thierry Debroux a fait le choix de garder le lieu de l'intrigue à Vérone, il l'a, en revanche, transposée au XIXe(Roméo et Juliette a été créée en 1597), siècle par excellence du romantisme.

Fougueuse et enlevée, sa mise en scène réunit, sans jamais les trahir (mais en distillant intelligemment humour et touches contemporaines), tous les tableaux qui font le sel de cette pièce mythique : le coup de foudre de Roméo et Juliette au bal ; leur déclaration d’amour au balcon ; le duel entre Tybalt, le cousin de Juliette, et Mercutio, le meilleur ami de Roméo ; la mort de Roméo puis de sa bien-aimée…

Une dizaine de comédiens

L’Abbaye de Villers-la-Ville, tombeau majestueux d’un ardent “Roméo et Juliette”
©DEL Diffusion - Aude Van Lathem

Pour déployer une telle énergie, rythmée par le jeu, de très belles scènes dansées (chorégraphiées par Emmanuelle Lamberts) et d’impressionnants combats d’épée (orchestrés par Émilie Guillaume), Thierry Debroux s’est entouré d’une dizaine de comédiens, dont on ne peut être qu’admiratif : Baptiste Blampain (Roméo), Mathilde Daffe (Juliette), Denis Carpentier (Mercutio), Julien Besure (Benvolio, ami de Roméo), Catherine Grosjean (la nourrice de Juliette), Thierry Janssen (Capulet)…

Invité à se déplacer au cours de la soirée jusqu’à l’église abbatiale (la scénographie a été pensée par Patrick de Longrée), le public regagne le cloître pour assister au dénouement du spectacle. L’Abbaye, magnifiée par un subtil éclairage, s’est drapée de son manteau de nuit, laissant Juliette reposer auprès de son Roméo. Pour l’éternité.

--> À l’Abbaye de Villers-la-Ville, jusqu’au 6/8, à 21 h : 070.224.304 – www.romeoetjuliette2022.be. Puis, du 8/9 au 20/10 au Théâtre du Parc : 02.505.30.30 – www.theatreduparc.be

L’Abbaye de Villers-la-Ville, tombeau majestueux d’un ardent “Roméo et Juliette”
©DEL Diffusion - Aude Van Lathem