Les morts successives d’Isadora Duncan

Série d’été | Il est une fin dont personne ne réchappe. La mort, pourtant, loin de sonner le glas d’un destin, a fait entrer certains artistes dans la légende. Trois fois désenfantée, la chorégraphe trouva la mort à 50 ans.

Les morts successives d’Isadora Duncan
©D.R.
C’est l’histoire d’une femme libre de ses amours comme de ses mouvements, et pourtant emprisonnée par le chagrin de la perte. De la Californie où elle voit le jour le 26 mai 1877, benjamine de quatre enfants (d’un père banquier et d’une mère bientôt...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité