Leur weekend entre amis vire au cauchemar : qui a tué le jeune Issa?

Avec “Je te promets”, Jasmina Douieb et Matthieu Donck signent un thriller palpitant et glaçant. Au Vilar puis au Varia.

Thierry (Jérémie Zagba, au centre) est le nouveau compagnon d’Hélène (France Bastoen, à droite).
Thierry (Jérémie Zagba, au centre) est le nouveau compagnon d’Hélène (France Bastoen, à droite). ©Alexandre Drouet

Ce devait être un weekend sympa entre amis : l’occasion pour Karim (Serge Demoulin) de fêter ses cinquante ans dans sa maison de campagne, nichée au cœur de la forêt ardennaise, avec sa femme (Daphné D’Heur) et leurs potes d’enfance : Jean-Baptiste (Vincent Lecuyer) et son épouse Annabelle (Isabelle Darras), et Hélène (France Bastoen), venue avec son nouveau compagnon, Thierry (Jérémie Zagba), un séduisant trentenaire. Mais le séjour va virer au cauchemar… Le cadavre d’un jeune migrant congolais, Issa (Amadou Keita), a été retrouvé le long d’un chemin, aux abords de la maison. Il a visiblement été percuté par une voiture. Or, Thierry, qui est insomniaque, est persuadé d’avoir vu, pendant la nuit, Karim sortir sa Polo du garage. Lorsque la garde-chasse (Amel Benaïssa) vient leur annoncer la terrible nouvelle, Thierry ne peut s’empêcher de faire le lien avec ce qu’il a vu. Mais a-t-il raison de soupçonner ouvertement son hôte ? Ou Karim a-t-il heurté un chevreuil comme il le prétend ? Qui croire ? Dans le groupe d’amis, la tension monte et le doute s’instille…

Jeu presque machiavélique

Genre cinématographique et littéraire par excellence, le thriller est rarement monté au théâtre. Mais en mêlant savamment les codes et ressorts de leurs univers respectifs, Jasmina Douieb (autrice et metteuse en scène) et Matthieu Donck (scénariste et réalisateur de la série La Trêve) parviennent à créer avec Je te promets un suspense palpitant et glaçant.

Sur scène, tous les ingrédients sont réunis pour faire vivre aux spectateurs l'éventail des sensations inhérentes au thriller : joie, convivialité, puis suspicion, tension, angoisse, peur, atterrement… Cela grâce à l'interprétation ciselée des sept comédiens (et au jeu complice, voire presque machiavélique, du cercle des cinq amis), à la très belle et ingénieuse scénographie de Thibaut De Coster et Charly Kleinermann, aux superbes éclairages tout en clair-obscur d'Amélie Géhin, à l'habillage sonore redoutable de Guillaume Istace et au montage vidéo de Christophe Evrard.

Si toute l’intrigue se joue sur le plateau, une partie de la mise en contexte et du dénouement de l’histoire est racontée sur grand écran, sans jamais, cependant, interrompre le fil dramaturgique. Inserts vidéo et jeu théâtral se fondent et se complètent ainsi parfaitement.

À la vie, à la mort ?

Au-delà du crime sordide commis et de la recherche du coupable, Je te promets interroge très habilement le caractère de la loyauté, sur fond de crise migratoire. Jusqu'où est-on prêt à aller en amitié ? Á la vie, à la mort ? Jusqu'où est-on prêt à accueillir et considérer un "étranger" dans une bande d'amis, un pays ? Et, surtout,... à quel prix ?

--> Louvain-la-Neuve, le Vilar (Studio 12), jusqu’au 7 octobre. Infos et rés. au 0800.25.325 et sur www.levilar.be

--> Puis au Varia (Bruxelles) du 11 au 22 octobre. Infos et rés. au 02.640.35.50 et sur www.varia.be