Scènes

Alors que le In a tiré le rideau le 23 juillet, le Off, lui, se poursuivait pour quelques jours. À la barre des Doms, le "pôle sud de la création en Belgique francophone" depuis septembre 2015, Alain Cofino Gomez, par ailleurs auteur et dramaturge, pilotait cette année son quatrième festival, et revient avec nous sur cette édition 2019 riche d’enseignements.

Sans disposer encore des chiffres de fréquentation, tout en entrevoyant un tableau global similaire à celui - très positif - de l’an dernier, le directeur relève, comme souvent sur les six spectacles joués aux Doms, quatre "locomotives" et deux un peu moins remplis bien qu’ayant très honorablement rencontré leur public.

Rencontres fortes

Hors les Doms, "côté cirque, avec La Vrille du chat par Back Pocket, on est dans une grande configuration (300 places) qui a été remplie dès la première date".En danse aussi, le programmateur a misé sur le jeune public avec 10:10 par la Cie Nyash. Qu’elle soit légèrement moins suivie qu’à l’accoutumée au CDCN montre, pour Alain Cofino Gomez, "que tous les esprits de la danse contemporaine en France ne sont pas encore complètement ouverts à cela". Pour autant, les pros ont répondu présent, et non des moindres, l’Opéra de Paris ayant manifesté son intérêt.

Car attirer des professionnels, et en particulier des programmateurs, demeure un des objectifs principaux des Doms. Dont acte.

[...]