Antoine Guillaume et Broadway

Camille Perotti Publié le - Mis à jour le

Scènes

Antoine Guillaume est un comédien plein d’énergie. Déjà remarqué pour son rôle de prince gay dans "Cendrillon, ce macho !" (qui sera repris au Théâtre de la Toison d’or à la fin de l’année), il se livre cette fois dans un seul en scène drôle et généreux où l’on découvre qu’il recèle de multiples talents.

Dans "Antoine Guillaume assume", on assiste à un impressionnant tour de chant entrecoupé de scènes où il "assume" le fait d’aduler des chanteuses que personne ne connaît, de s’être déguisé en Mary Poppins lors d’une Gay Pride, d’avoir préféré les claquettes à la boxe quand il avait huit ans, de partir en vacances à Disneyland même s’il sait que "ce n’est pas un vrai pays", d’avoir un sac à dos Tigrou et une housse de couette Liza Minelli, etc. Co-écrit avec Sébastien Ministru, le texte bouscule gentiment la communauté gay et dévoile quelques bribes de la personnalité attachante d’Antoine Guillaume, depuis sa stigmatisation à l’école par la maîtresse jusqu’à sa solitude. Ni pathos ni sensiblerie, légèreté et humour sont les maîtres mots de l’artiste qui n’hésite pas à délivrer des "trucs et astuces" pour les mamans de garçons homosexuels.

Si son amour pour les hommes constitue le fil rouge du spectacle, le chant passe avant tout et ce sont d’ailleurs ses (187 !) disques de comédies musicales anglo-saxonnes ("épargnez-moi Kamel Ouali !" ) qui effraient parfois ses conquêtes.

Escalier aux marches fluorescentes, rideau de fils d’or, feux de la rampe, Antoine Guillaume qui allait écouter Juliette Gréco alors que le monde entier ne jurait que par U2 semble être né dans ce décor de cabaret. Digne d’un chanteur de Broadway, il enchaîne les chansons en dansant. La maîtrise de sa voix, sa diction et son jeu sont impressionnants et l’on ne s’ennuie pas une seconde à le voir jongler avec les émotions et les rôles avec tant d’autodérision.

Drôle du début à la fin, ce spectacle mis en scène de manière burlesque mais sans excès par Nathalie Uffner séduit par sa légèreté et son humour. Aucun doute, Antoine Guillaume a sa place à Broadway.

Camille Perotti

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    "Retour à Reims": pour comprendre la vague de l’extrême droite

    Thomas Ostermeier monte un « Retour à Reims » d’Eribon, très actuel, évoquant la guerre sociale et l’exclusion.

  2. 2
    "Ménopausées" : ce n’est pas qu’une "putain de bouffées de chaleur"

    Une critique de Stéphanie Bocart.Le titre de la pièce, Ménopausées, est clair : a priori, on y parlera de femmes et de la ménopause. Vaste et délicat sujet de santé et de société qui, s’il fait partie intégrante du cycle de la vie des ...

  3. 3
    Interview
    Gurshad Shaheman : "L’identité ne se découvre pas, elle se construit"

    Auteur, traducteur et performeur, Iranien d'origine, émigré en France, installé aujourd'hui en Belgique, Gurshad Shaheman se raconte à travers le triptyque "Pourama Pourama", à découvrir absolument, au Théâtre de Liège du 17 au 19 janvier.

  4. 4
    Andréa Bescond ou comment parler de la pédophilie sans faire vomir

    Dans "Les Chatouilles", elle raconte, met en scène et joue son parcours de victime d’un pédophile. À 8 ans, Andréa Bescond fut régulièrement violée par le meilleur ami de ses parents qui l’emmenait faire des "chatouilles". (...)

  5. 5
    Shakespeare sera omniprésent sur scène en 2019: "C'est un vrai défi de s'attaquer à des œuvres pareilles"

    C’est un travail, énorme, de plus d’un an qui prendra forme et vie sur la scène du Théâtre royal du Parc, dès ce 17 janvier. Ce travail, c’est l’adaptation et la mise en scène par Georges Lini de l’un des chefs-d’œuvre de William Shakespeare ...

cover-ci

Cover-PM