Quatre jours à perdre la tête, jongler d’une langue à l’autre et découvrir le gratin du jeune public, cela vous tente ?

Des Misérables par les Karyatides - soufflante adaptation en théâtre d’objet du chef-d’œuvre de Victor Hugo - à Dans l’Atelier, gore en diable, par le Tof, en passant par Gratis Chips de la Cie Barbarie, un must féministe du théâtre néerlandophone, ou Rita du Tuning People et Bronks (notre photo), spectacle flamand, lui aussi, qui évoque le rapport carrollien au vieillissement d’une femme passionnée d’opéra, le choix sera cornélien. Alors, à vos agendas !

► Lire aussi: Le théâtre jeune public en ménage à trois

Que vous soyez Bruxellois, Liégeois, Gantois ou d’ailleurs, n’hésitez pas à participer à Barak Belgique, premier festival jeune public dont le nom se comprend dans les trois langues du pays. L’initiative de l’Assitej Belgium (Association internationale des théâtres pour l’enfance et la jeunesse) consiste à faire découvrir le théâtre des autres communautés, grâce à des spectacles sans paroles, de danse, des créations jouées dans la langue des voisins ou surtitrées, toutes les configurations étant proposées. Le Petit théâtre de Hannah Arendt, par le Théâtre Agora, sera donné en français et surtitré en anglais, à la Montagne magique, tandis que Blizzard, théâtre de marionnettes du Tribu collectif, qui passe du russe aux borborygmes, verra la langue de Tchekhov traduite en celle de Vondel.

La Montagne magique et le Bronks, à Bruxelles, les Chiroux, entre autres, à Liège, et le Kopergietery à Gand s’unissent pour accueillir ces spectacles triés sur le volet et pour lesquels des programmateurs arrivent du monde entier.L.B.

Bruxelles, Liège et Gand, du 8 au 11 novembre - www.barakbelgique.be et www.lalibre.be