Scènes

Dès ce 16 juillet, les ruines de Villers-la-Ville se font le décor de la comédie héroïque “Cyrano de Bergerac”. La mise en scène est de Thierry Debroux, avec Bernard Yerlès dans le rôle titre. L’historien Adrien Roselaer décrypte le succès de cette pièce mythique.

Vingt-huit décembre 1897. Paris. Théâtre de la Porte Saint-Martin. Salle comble. Le jeune auteur Edmond Rostand a les mains moites et le cœur fébrile. –“Mon ami, j’implore votre pardon”, souffle-t-il en coulisses au comédien Constant Coquelin. – “Mais de quoi ?”– “De vous avoir donné, à vous, Coquelin, une pièce aussi inepte, aussi mal écrite. Nous courons à un échec certain. Mon Dieu, comme j’avais raison de vouloir la retirer : pardonnez-moi !” Cinq actes et près de trois heures plus tard, Cyrano de Bergerac est acclamé à tout rompre par un public en liesse. C’est un triomphe. Le rideau est relevé plus de quarante fois !

(...)