Scènes

Un enfant et un adulte dialoguent, en voix off (et en anglais), sur le fait de vieillir, de mourir, sur le corps et l’esprit, ce feu qui brûle à l’intérieur. Sur ce que promettent les lendemains quand la machine s’enraie.

Ils sont cinq. Quatre hommes d’abord, en mode habillage stylisé. Cravate pour l’un, foulard pour l’autre, vestons aux doublures colorées. Une femme les a rejoints. Le quintet au complet habite un lieu indéfinissable mais unique, ici sous les hauteurs spectaculaires, entre les briques nues de la chapelle des Brigittines. Quelques chaises, dont certaines suspendues, un porte-manteau et une très grande nature morte (signée Vincent Glowinski) le ponctuent pour l’essentiel.

Une danse de groupe s’instaure, nonchalante d’abord, qui va croissant et s’individualisant, tandis que l’un des danseurs explore sa valise à souvenirs, en sort des objets, allume des bougies.

Les rituels de l’élégance

Le film "Amour" de Michael Haneke (avec ses "vieux acteurs" Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant) a inspiré Lisa Da Boit et Céline Curvers, qui ont conçu et mis en scène cette création de la Cie Giolisu. Au cœur d’"Il Dolce Domani" et de son huis clos mystérieux (quel secret lie ces cinq-là ?) : le vieillissement. Un trajet mais aussi des moments. Qui se traduisent dans un mélange balancé de tableaux et de mouvement. Sous les lumières de Laurence Halloy, dans les costumes de Julia Didier, les interprètes créateurs - Benoît Armange, Lisa Da Boit, Jean-Marc Fillet, Ben Fury, Rudi Galindo (v. lalibre.be pour plus de détails sur leurs parcours) - donnent à ces "Doux lendemains" le relief émouvant et plein d’humour de leurs personnalités conjuguées.

Bruxelles, Brigittines, encore le 29 novembre, à 20h30. Durée : 1h. Infos & rés. : 02.213.86.10, www.brigittines.be

"Il Dolce Domani" sera présenté du 10 au 12 juin 2015 au Marni (D Festival).