Scènes Chercheuse rigoureuse et créatrice fantasque, elle reprend, aux Martyrs, deux de ses pièces maîtresses: "In H-Moll" et "Raphaël, les sirènes et le poulet". La metteuse en scène réunit pour l’essentiel les équipes originelles. La puissance du groupe, la force du singulier.

Les acteurs, répète volontiers Ingrid von Wantoch Rekowski, sont la base de tout. Le noyau vivant de son travail. C’est par eux que tout commence. Et avec eux que l’aventure continue. Ils étaient dix en 2001, pour créer In H-Moll, dix sur la scène et sous les voûtes baroques des Brigittines où on découvrait alors cette œuvre inoubliable.

Ils sont dix, toujours, et les mêmes (Pascal Crochet, Isabelle Dumont, Bernard Eylenbosch, Hélène Gailly, Dirk Laplasse, Pietro Pizzuti, Annette Sachs, Candy Saulnier, Luc Schillinger - et Daphné D’Heur qui comble le vide laissé par Dominique Grosjean) aujourd’hui.

{{2}}

Thermos, partitions et clochettes

Lundi 10 décembre. Théâtre des Martyrs, 5e étage. Sous les combles, parmi les stocks de costumes, les projecteurs en attente et les établis de fortune, une longue table ovale les rassemble. Bouteilles d’eau, thermos, partitions et clochettes. À un bout, la metteuse en scène, face à son clavier, donne la note, rappelle le tempo, orchestre cette remise en bouche du Confiteor, de l’Hosannah, des Amen. Souvenirs réactivés, notes prises à l’époque, concentration et décontraction, repères à reprendre, rythmes à réajuster : qui respire, qui donne la cloche pour ce passage ? Ah, c’était Dominique… Un ange passe, furtif et tendre.

Cette journée-là aura été intense. Une remise en bouche avant la remise en corps, dès le lendemain sur le plateau de la grande salle des Martyrs.

[...]