Scènes Le château-ferme des Goffes accueille huit représentations en plein air.

Lieu de créations francophones, le château-ferme des Goffes, à Pailhe (province de Liège), ouvre à nouveau ses portes. Jusqu’à ce que la mort nous sépare, écrit par le Belge Dominique Breda, est programmé du 20 au 31 août, à 21 h.

Au centre de cette pièce de théâtre : la question de l’héritage. Tante Eugénie vit ses derniers instants. Sans progéniture, ses biens ne sont voués à personne. Sa petite-nièce, Patricia, et son médecin de famille, Yves, l’épaulent. Lorsque débarquent les trois enfants de Patricia, les regrets, prises de bec ou règlements de compte s’enchaînent. Au fil des discussions entre elle et ses proches, une évidence saute aux yeux : sa famille est bien plus que déchirée.

Victor Scheffer, le metteur en scène, décrit cette pièce comme une "comédie à l’anglaise, d’un ton surréaliste, avec un fond de vérité. Du réalisme poussé à l’extrême". "Il s’agit de mettre en scène un drame qui a pour objectif de rire de tout . C’est aussi u n parfait exemple de pièce où tout le monde reconnaît son prochain", ajoute-t-il. Bernard d’Oultremont, producteur, et Dominique Breda partagent eux aussi cet avis : cette comédie s’adresse à tout le monde. "On ne pointe pas un milieu social en particulier. En traitant de la succession, o n désire poser un sourire au visage d u spectateur , qu’il soit riche ou pauvre. C’est idiot de se détester pour certaines batailles familiales", certifie Bernard d’Oultremont.

La meilleure façon de rire ?

"Il suffit d’avoir des personnages authentiques", telle est la recette pour obtenir le rire du public, d’après Victor Scheffer. "Plus le spectateur s’identifie aux personnages de la pièce, plus on aboutit à un bon divertissement. Cet effet donnera de la force au texte, aux comédiens et aux situations inattendues." Afin de réussir cet exercice, Jusqu’à ce que la mort nous sépare présente des tragédies quotidiennes, réalistes et humaines via un comique de situation. "Le coup de la tarte à la crème en pleine face ne fonctionne plus. Il faut savoir parler d’un sujet sincère", soutient Dominique Breda.

Victor Scheffer rappelle également qu’un principe indémodable et intemporel se lie aux comédies : "On rit davantage du drame que du bonheur."

Du 20 au 21 août à Pailhe, plus d'infos ici