Scènes

Superbe reprise contemporaine, au Festival d’Avignon, du "Pelléas et Mélisande" de Maeterlinck.

Une semaine après le début du Festival d’Avignon, force est de constater qu’il y eut jusqu’ici plus de déceptions que de moments remarquables. Il est bien sûr trop tôt pour un bilan, mais il sera bon de se demander si Avignon conserve toute sa place à l’avant du théâtre, comme créateur de moments forts. Ou s’il faut les chercher plutôt du côté d’un Milo Rau au NTGent ou d’un Castellucci qui fait encore l’événement avec son Requiem de Mozart à Aix.

Parmi les bonnes surprises, il y eut Le Présent qui déborde de Christiane Jatahy et, maintenant, Pelléas et Mélisande de Maeterlinck (1862-1949) mis en scène par la jeune Julie Duclos, un petit joyau.

Rien a priori n’indiquait qu’une reprise de ce grand classique de l’écrivain symboliste belge trouverait ainsi sa place dans un festival de théâtre contemporain. On pouvait craindre l’âge d’un texte difficile à jouer et monter sans académisme. Il n’en est rien. Passionnante, cette version qui respecte intégralement le texte de Maeterlinck lui donne une actualité et une grande beauté.

[...]