Avignon, juillet 2012, festival Off. "Shut Your Mouth !" nous est recommandé. Allons-y : dans une cour intérieure, sous un velum, une scène porte de rares accessoires et quelques costumes sur un portant.

Le collectif Drao, fondé en 2003 à Paris (et ainsi nommé en référence à sa première création "Derniers remords avant l’oubli"), a pour principe de développer l’autonomie d’acteurs (le groupe en compte sept, d’horizons divers) qui, partageant des envies de théâtre communes, assument collectivement la mise en scène tout en questionnant la dramaturgie contemporaine.

C’est le cas ici, où Drao explore une sorte de filiation nordique à travers trois écritures : celle d’Ingmar Bergman dans "Scènes de la vie conjugale" et "De la vie des marionnettes", celle de Lars Norén dans "Démons" et "La Veillée", celle de Jon Fosse dans "Hiver", "Quelqu’un va venir" et "Et jamais nous ne serons séparés". Et en écrit son propre spectacle.

Des couples, des habitudes, des déchirures, des raccommodages, des points de non-retour : "L’homme et la femme associés à jamais dans l’étroite frontière de la haine et de l’amour", note le collectif à propos de "Shut Your Mouth".

Benoît Mochot, Gilles Nicolas, Sandy Ouvrier et Fatima Soualhia-Manet sont les metteurs en scène, scénographes et formidables interprètes d’un quatuor - mi-masculin mi-féminin - dont ils jouent sur le mode combinatoire et explorent les possibles. Avec aussi les interventions sonores, en bord de scène, de Thomas Matalou.

Rancœurs, remords, reproches

Deux hommes et deux femmes, des rôles mouvants, des histoires qu’on devine en filigrane, chargées de rancœurs, de remords, de trahisons, de frustrations, de douleurs, de reproches, mais aussi d’amour, d’intimité, d’élan. Et, surtout, de solitude.

Au fil d’une soirée qui serait sans cesse recommencée, de Paris à Oslo en passant par Stockholm, les mots fusent, tranchants, impitoyables. Les corps parlent aussi, s’affrontent ou s’étreignent, leurs attitudes campées avec un naturel déconcertant et assumant l’artifice de déplacements parfois chorégraphiés.

Toujours à la lisière du paroxysme mais si proche du réel, "Shut Your Mouth" observe comme sous un microscope le psychodrame conjugal, l’intime et ses remous. Et ça remue.

Bruxelles, Théâtre 140, du 4 au 6 décembre, à 20 h 30. Durée : 1 h 20 env. De 8 à 18 €. Infos & rés. : 02.733.97.08, www.theatre140.be