Le collectif F.(s) a dénoncé la précarité des femmes à l’ouverture de saison du Poche.

Une vingtaine d’activistes du groupe F.(s) a ciblé, le 14 septembe, la soirée d’ouverture du Théâtre de Poche. Elles dénoncent une programmation très inégalitaire. Déguisées en hommes et masquées, elles tenaient une banderole "Bienvenue au Boy’s Club" pour accueillir les spectateur.ice.s qui se rendaient à la soirée d’ouverture de la nouvelle saison du Théâtre de Poche car seuls 2 spectacles de la saison y sont écrits et mis en scène par des femmes. Sur les 8 spectacles programmés il y en a même 3 dont l’équipe entière est exclusivement masculine.

Avec cette action, le collectif F.(s) veut mettre en lumière les grandes inégalités de genre dans les programmations de certains théâtres. Le Poche n’est qu’un exemple. Le Théâtre du Parc ne programme aucune metteuse en scène ; le Théâtre national, le théâtre Varia, le Public et les Riches-Claires sont eux aussi très inégalitaires avec une grande majorité de porteurs de projets masculins.

Sarah, 39 ans, comédienne et membre du collectif F.(s), explique : "Dans les écoles de théâtre, il y a une majorité de filles (70 %), mais ensuite, la proportion s’inverse. Les garçons ont beaucoup plus de travail, et beaucoup de mes collègues femmes sont dans des situations très précaires. Nous voulons plus de femmes, partout ! Sur les scènes, dans les programmations, dans les postes à responsabilités, et pas seulement comme maquilleuse ou costumière !"