Scènes

Pour sa 3e production au Théâtre royal du Parc, le chorégraphe belge José Besprosvany immerge le public dans l’univers de l’enfance, renouant avec les souvenirs de ses grands-parents russes. Artiste multidisciplinaire (danse classique et contemporaine, cirque, théâtre, mime,…), il dépoussière deux ballets classiques – Petrouchka et L’Oiseau de feu – dont l’histoire s’inspire de contes russes pour mieux les réinventer.

Toute la prouesse du spectacle repose sur un subtil équilibre  : insuffler un regard neuf sur deux chefs-d’œuvre sans trahir la musique originale d’Igor Stravinsky. Et, avec José Besprosvany (et le scénariste Laurent Brandenbourger), la magie opère  : Petrouchka et L’Oiseau de feu racontent deux nouvelles histoires, poétiques et lumineuses. Où le geste se suffit à lui-même, oblitéré de toute parole.

Petrouchka, incarnée par le danseur-acrobate Joris Baltz, vit avec son maître (le comédien Léonard Berthet-Rivière). Cette poupée en tissu a découvert le Livre, celui où tout est écrit, convoité par deux espions  : un espion du KGB (Vojtech Rak) et une espionne du MI6 (Mylena Leclercq). Les traits exacerbés, grimés de blanc, ces quatre personnages évoluent dans un univers clownesque aux ressorts du cinéma muet. Dans un élégant décor circonscrit par des lignes de lumières, les protagonistes, dont on soulignera l’originalité des costumes signés Catherine Versé et Bert Menzel (pour l’ensemble du spectacle), se jouent d’eux et des autres. Mais qui manipule qui  ?

Autre histoire, autre décor. L’Oiseau de feu, c’est un animal (le danseur Lisard Tranis), pris dans un labyrinthe de lumières, et un dompteur (Joris Baltz) qui lui apprend à voler. La mise en scène, sur un double niveau de décor, est très belle et poétique. Entre méfiance et complicité, ciel et terre, l’animal et le dompteur s’apprivoisent, dans un jeu aérien où les corps se mêlent, se repoussent, se hissent et se balancent, toujours plus haut, quitte à risquer la chute.

Bruxelles, Théâtre du Parc, jusqu’au 15/12. Infos et rés.  : 02.505.30.30. – www.theatreduparc.be. Puis, du 7 au 13/2 à l’Aula Magna (LLN). Réservations: 0800/25 325 – www.atjv.be (Atelier théâtre Jean Vilar).