Poétique ici, politique là : un samedi de manifestations artistiques

Scènes

profilepic
Marie Baudet

Publié le - Mis à jour le

Des pingouins place Flagey, Still Standing à la Monnaie. Appels au réveil.

Wake up !
© Le Comité des fêtes

Du calme, tout est perdu !" Voilà le message que devaient délivrer une femme, un homme, quatre pingouins et un ours polaire sur la scène du Grand Varia cette semaine, avec la reprise programmée d’Ørigine, créé en 2018 à la Balsamine. Si le contexte que l’on sait a changé la donne, et interdit en salle cette excursion insolite, Silvio Palomo et son Comité des fêtes ont rebondi. Le slogan retentira ce samedi, parmi passantes et promeneurs, place Flagey à 15 h.

Il aura fallu au collectif digérer la déception. "C’est difficile de faire le deuil de ce spectacle parce qu’on sait qu’il y a très peu de chances qu’il revoie le jour, étant donné la situation et la réalité des programmations qui vont probablement donner priorité aux créations. La reprise d’Ørigine était l’occasion de relancer un projet qui avait eu finalement peu de visibilité", explique Silvio Palomo.

Déambulation insolite

Mais le Comité des fêtes fourmille d’idées à explorer, de pistes à creuser. Et entend bien surprendre le public qui passerait par là, avec cette déambulation insolite.

Si l’idée en est née avant que soit fermement établie l’action de Still Standing for Culture (lire ci-dessous), la manifestation poétique du Comité des fêtes ne grèvera en rien le message politique porté place de la Monnaie deux heures plus tard.

Entre les deux souffle un esprit solidaire, englobant le secteur culturel dans son ensemble et jouant, d’un côté comme de l’autre, sur la surprise et le lien qu’induit l’acte artistique dans l’espace public - a fortiori dans un temps qui réduit les possibilités à la fois d’interaction et d’improvisation.

Explorations et vidéo

Le temps des répétitions, au Varia, s’est mué en espace de recherche. D’analyse aussi d’Ørigine et de ce qu’il en reste.

"On a notamment tourné un clip vidéo autour d’une des chansons qui apparait dans le spectacle. L’idée est de garder des traces autres que des photos ou des captations. Parce que la captation ce n’est pas le spectacle, c’est autre chose, affirme Silvio Palomo. On a essayé de trouver un format vidéo qui pouvait nous stimuler et nous amuser dans sa réalisation."

Le clip s’annonce comme une sorte de relique du spectacle, "la tentative de garder quelque chose de vivant en tout cas", avec celles et ceux qui l’ont imaginé, bâti, interprété, sans oublier certains éléments scéniques : de la banquise au panneau-pochoir "Wake up". Un appel au réveil qui résonne avec force en ces temps incertains où le repli fait loi.

"C’est très important pour l’équipe de continuer à s’amuser, et surtout trouver du sens dans ce qu’on fait, en sachant que ce projet-là ne rencontrera plus le public. On a recherché le moyen de garder la générosité qu’on met habituellement dans nos spectacles. La vidéo est un autre langage qu’on maîtrise moins mais avec lequel on essaye de bricoler."

© StillStanding

Place de la Monnaie, défendre l’essentiel

Still Standing, 2e édition. Dans un récent communiqué, le collectif Still Standing for Culture déplore "l’inégalité de traitement flagrante" du secteur culturel dans la gestion de la crise Covid. À deux pas de l’une des artères commerçantes les plus fréquentées du royaume, la symbolique du lieu choisi saute aux yeux. Au cœur de Bruxelles, devant la Monnaie, fermée comme toutes les salles, ce samedi 16 janvier, artistes, travailleuses et travailleurs de la culture, collectifs, associations, fédérations des arts et de la création entendent rappeler aux politiques que l’accès à la culture est "un droit fondamental qui, comme l’accès aux soins, à l’éducation ou à la justice, ne peut être sacrifié sur l’autel des chiffres. Bien plus que défendre le travail de tout un secteur et son économie, bien plus que se soucier de la survie de métiers aujourd’hui menacés, défendre la culture c’est affirmer une vision du monde. C’est protéger les droits culturels du public et des citoyens." 

Cette manifestation-performance teintée de cabaret sera retransmise en direct sur Facebook, YouTube et Auvio, dès 17h30, ainsi que projetée sur les façades de divers lieux culturels.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous