Scènes

Touch me - Taste me - Trade me : construit en trois parties, Pourama Pourama (on découvre dans la deuxième le sens de ce titre énigmatique) revient - avec plusieurs sauts temporels - sur trois périodes de la vie de Gurshad Shaheman : la petite enfance et le père, en Iran, la pré-adolescence et l’adolescence avec la mère, en France, et l’entrée dans l’âge adulte, ou "la conséquence de l’éducation que ces deux figures, paternelle et maternelle, m’ont donnée".

Une épopée du corps

C’est un véritable voyage qu’on entreprend en s’aventurant dans cette proposition peu commune, ce spectacle fleuve qui déplace les spectateurs et questionne leurs sens en déroulant plusieurs fils.

Outre la trame familiale, déjà complexe, Pourama explore son contexte (un pays en guerre d’abord, puis le divorce des parents, l’installation en France, jusqu’au grand bouleversement du 11 septembre) : le lien entre petite et grande histoire. "Je suis un exemple parmi des millions de la diaspora iranienne, ce pays hémorragique, d’où les gens partent depuis quarante ans, pour des horizons divers et des raisons variées", souligne l’auteur et performeur. La traversée se fait aussi, ô combien, par le corps, ses quêtes et ses questions : verrouillé d’abord, nié dans ses besoins, corps découvert ensuite, et malmené, jusqu’à l’expérimentation enfin, la réappropriation. 

Dans "Touch me", les spectateurs, masqués, sont invités à toucher le performeur immobile. © Barbara Laborde

Quant à la forme que prend ce voyage, elle est aussi plurielle, et diversement rituelle. Acteur immobile, voix enregistrée et vidéo habillent les souvenirs réactivés de Touch me. L’invitation sensorielle se prolonge dans Taste me, où le récit s’enveloppe de saveurs épicées. Trade me invite au jeu et convoque le sort. L’ensemble assume ses paradoxes, irrigué de poésie comme de chansons de variété, et remue tout sur son passage : certitudes et solitudes en tête.

Créé dans son intégralité de triptyque à Marseille en 2015 - et joué en juin dernier au FTA de Montréal, où nous l’avons découvert -, Pourama Pourama fait partie de ces quelques inoubliables expériences où le théâtre balaie toutes les frontières pour laisser circuler la vie dans ce qu’elle a de plus fort et doux et douloureux et multiple.


  • "Pourama Pourama", au Théâtre de Liège, du jeudi 17 au samedi 19 janvier, à 19h. Spectacle en trois parties. Durée totale : 4h30, repas compris. Infos & rés.: 02.342.00.00, www.theatredeliege.be 
  • "Pourama Pourama", Gurshad Shaheman, Éd. Les Solitaires intempestifs, 140 pp., 15 €.