Les métiers du spectacle de cette saison tronquée seront cependant salués et soutenus.

Réuni virtuellement, le jury de journalistes et critiques des Prix Maeterlinck a établi la liste des nominés pour 2019-2020. Une saison particulière car arrêtée dans sa course, mi-mars.

À l’écoute du secteur et conscient de la situation problématique des artistes et techniciens des arts de la scène touchés de plein fouet par la crise du Covid-19, le jury a pris le parti de s’y associer. Et résolu de ne pas organiser à l’automne de cérémonie publique dans un théâtre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, comme le veut pourtant la tradition des Prix nés en 1952.

Pas de cérémonie, mais des Prix

Une grande partie des montants en principe dévolus à cette cérémonie sera versée, à titre symbolique, à deux fédérations interprofessionnelles du secteur : l’Union des artistes et l’Association des techniciens du spectacle vivant (ATPS).

Absence de cérémonie ne signifie pas absence de Prix : le jury ne pouvait pénaliser davantage encore les artistes et spectacles de cette saison amputée. Après les nominations (lire ci-dessous), le palmarès, lui, sera dévoilé à la mi-septembre à travers une vidéo présentant les 45 nominés et donnant la parole aux 16 lauréats. 


Les nominés d'une saison écourtée 

Voici les trois "meilleurs" dans chacune des quinze catégories des Prix Maeterlinck de la critique scène pour la saison 2019-2020.

Spectacle : Des caravelles et des batailles, d'Elena Doratiotto et Benoît Piret ; Dimanche, de Julie Tenret, Sicaire Durieux et Sandrine Heyraud ; Paying for it, du Collectif La Brute.

Mise en scène : No One, de Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola ; Le Roman d’Antoine Doinel, d’Antoine Laubin ; Villa Dolorosa, de Georges Lini, texte de Rebekka Kricheldorf.

Spectacle de danse : Forces, de Leslie Mannès, Thomas Turine et Vincent Lemaître ; IDA don’t cry me love, de Lara Barsacq ; WEG, d’Ayelen Parolin.

Spectacle de cirque : 125 BPM, du Duo André/Léo ; Encore une fois, de Julio Calero Ferre, Daniel Torralbo Pérez et Gianna (Les Tripotes) ; Work, de Claudio Stellato.

Comédie/spectacle d’humour : Au suivant ! de Guillermo Guiz ; L’Histoire approximative et néanmoins touchante de Boby Lapointe, des Compagnons qui pointent ; Les Émotifs anonymes, de Philippe Blasband et Jean-Pierre Améris.

Spectacle jeune public : Jimmy n’est plus là, de Guillaume Kerbusch ; Ni oui ni non bien au contraire, de Martine Godard ; Un silence ordinaire, de Didier Poiteaux.

Seul en scène : Le Champ de bataille, de Jérôme Colin, avec Thierry Hellin ; Rage dedans, de et avec Jean-Luc Piraux ; Tchaïka, de Natacha Belova et Tita Iacobelli, avec Tita Iacobelli.

Découverte : Home, de Magrit Coulon ; Les Falaises, d’Antonin Jenny ; Vacances Vacance, d’Ondine Cloez.

Comédienne : Valérie Bauchau, dans Celle que vous croyez, de Jessica Gazon, d’après le roman de Camille Laurens, et dans Le Roman d’Antoine Doinel, d’Antoine Laubin ; Isabelle Defossé, dans Villa Dolorosa, de Georges Lini ; Tita Iacobelli, dans Tchaïka, de Natacha Belova et Tita Iacobelli.

Comédien : Adrien Drumel, dans Le Roman d’Antoine Doinel, d’Antoine Laubin ; Nicolas Luçon, dans Villa Dolorosa, de Georges Lini ; Tristan Schotte, dans Edmond, d’Alexis Michalik, mise en scène de Michel Kacenelenbogen, et dans Les Caprices de Marianne, d’Alfred de Musset, mise en scène d’Alain Leempoel.

Espoir féminin : Amel Benaïssa, dans Borders, de Henry Naylor, mise en scène de Jasmina Douieb ; Marina Pangos, dans My Fair Lady, mise en scène de Jack Cooper et Simon Paco ; Mélodie Valemberg, dans Pink Boys and Old Ladies, de Marie Henry, mise en scène de Clément Thirion.

Espoir masculin : Maximilien Delmelle, dans Boys Boys Boys, de Diane Fourdrignier ; Jules Puibaraud, dans Des caravelles et des batailles, de Elena Doratiotto et Benoît Piret ; Simon Thomas, dans Pink Boys and Old Ladies, de Marie Henry, mise en scène de Clément Thirion.

Auteur/Autrice : Collectif La Brute pour Paying for it ; Elena Doratiotto et Benoît Piret pour Des caravelles et des batailles ; Marie Henry pour Pink Boys and Old Ladies.

Scénographie : Carnage, d’Hélène Beutin et Clément Goethals, scénographie de Marie Menzaghi ; Les Falaises, d’Antonin Jenny, scénographie de Charles-Hippolyte Chatelard ; Le Roman d’Antoine Doinel, d’Antoine Laubin, scénographie de Prunelle Rulens.

Réalisation artistique et technique : Dimanche, de Julie Tenret, Sicaire Durieux, Sandrine Heyraud ; No One, de Sophie Linsmaux et Aurélio Mergola ; Sanctuaire sauvage, du Collectif Rafale.

Prix Bernadette Abraté (qui honore le rayonnement d’une personnalité des arts de la scène) : Catherine Magis et Benoît Litt, fondateurs et directeurs de l’Espace Catastrophe, Centre international de création des arts du cirque.

"Paying for it" du collectif La Brute, l'un des trois nominés dans la catégorie meilleur spectacle. © Hubert Amiel