Après avoir triomphé à Liège, « Blockbuster » écrit par Nicolas Ancion et le Collectif Mensuel, qui a aussi conçu le spectacle, arrive au Théâtre National, à Bruxelles. Et c’est formidable, jouissif et percutant. Le public bruxellois à son tour fait fête à ce Blockbuster.

L’idée est de réaliser un « mashup » à partir de grands films américains connus, c’est-à-dire découper des mini-séquences dans des films « blockbusters » (1400 plans de films sont repris) pour les remixer ensemble de manière virtuose et raconter une histoire totalement différente. En art contemporain, l’Américaino-suisse Christian Marclay fait cela aussi et avait remporté le Lion d’or de la Biennale de Venise en 2011 avec l’extraordinaire The Clock.

L’histoire racontée est hyper-politique : un gouvernement qui ressemble au nôtre, veut diminuer les cadeaux fiscaux aux entreprises afin d’équilibrer le budget. Mais le lobby de la fédération des entreprises agite la menace de délocalisation et force le gouvernement à revoir sa copie et à choisir plutôt un quatrième plan successif d’économies drastiques imposées aux plus pauvres. Une journaliste est ulcérée de cela et sème le trouble puis la révolte populaire. Le conflit enfle et est à nouveau manipulé par certains chefs d’entreprises qui forcent le gouvernement à appeler l’armée dans les rues.

Tous les bruits sur scène

Une histoire qui retrouve, en mode comique, les espoirs du film « Demain » et ceux de « la révolte qui gronde » dopée par les analyses de Piketty. Certes, l’histoire est une caricature mais pas si éloignée de la réalité dans bien des pays européens.

Il est alors hilarant de voir Michael Douglas, Sean Penn, Brad Pitt, Tom Cruise et les autres jouer des rôles de politique belge. Les scènes d’anthologie sont multiples comme la couse poursuite absurde de Sylvester Stallone voulant éliminer la journaliste sur ordre du chef des entrepreneurs !

La prouesse n’est pas que dans le « mushup »mais aussi dans le fait que toutes les voix, tous les bruits, toute la musique, sont interprétés sur scène par les comédiens et musiciens : une auto qui dérape, une porte qui grince, la voix du Premier ministre, etc. Tout « colle » de manière stupéfiante aux images du film.

Blockbuster est une grande fable politique sur notre monde de crise et d’inégalités croissantes, avec « l’inéluctable révolution qui va se lever chez les exclus sans cesse plus nombreux ». Une soirée qui pose de graves questions mais sur un ton résolument ironique et drôle. Une soirée jubilatoire où on réfléchit en riant sans cesse.

Blockbuster, au Théâtre National, Bruxelles, jusqu’au 4 décembre