Le pôle sud de la création en Belgique francophone a révélé son programme pour le Festival d'Avignon Off. Jeunes compagnies et jeune public s'y taillent cette année une place de choix.

Alain Cofino-Gomez, directeur des Doms, et son équipe, qui sillonnent les salles de spectacles tout au long de l'année, ont fait leur choix parmi les nombreuses candidatures adressées une fois encore à cette structure qui a su se faire une place dans le paysage théâtral d'Avignon - et pas seulement d'ailleurs pendant le festival.

La programmation établie pour l'édition 2019 du Off comprend six spectacles dans la salle même du théâtre, et cinq chez ses partenaires. Avec pour particularité que le tout est résolument tourné vers la jeunesse puisqu'on y dénombre trois premiers spectacles de jeunes compagnies et pas moins de cinq propositions jeune public.

En éveil

Juillet verra donc défiler aux Doms des univers divers. À commencer par Crâne, tiré du roman de Patrick Declerck, adapté par Thomas Depryck et mis en scène par Antoine Laubin (Cie De Facto): un des moments forts de la saison en cours.


De la Daddy Compagnie, on découvrira Suzette Project, écrit et mis en scène par Laurane Pardoen. Une création qui parle d'enfants, de parents, de séparation. Pour tous dès 7 ans. La Compagnie des Renards/Effet Mer présentera quant à elle Grou! de et par Baptiste Toulemonde, avec aussi, à la mise en scène et au jeu, Arthur Oudar. L'histoire d'un rêve d'enfant à la veille de ses douze ans, soit un voyage épique à travers le temps (dès 6 ans).

Coproduit par le Festival de Liège et présenté cette semaine dans la Factory  (puis au Manège de Mons, et au Varia en janvier 2020), Des caravelles et des batailles se présente comme un "conte réaliste" inspiré à Éléna Doratiotto et Benoît Piret par la lecture du grand roman de Thomas Mann La Montagne magique. Également à l'affiche de la Factory du Festival de Liège, On est sauvage comme on peut, du collectif Greta Koetz, explore les tensions qui peuvent peupler un repas.

"On est sauvage comme on peut" par le collectif Greta Koetz. Un coproduction du National, de Mars, du Festival de Liège et de la Maison de la culture de Tournai. © Dominique Houcmant / Goldo

Une journée festivalière aux Doms comporte, du matin à l'orée de la nuit, six créneaux. Le sixième revient au Grand Feu, évocation de Brel par le slammeur Mochélan (voir la photo en tête de cet article). Un spectacle créé à l'Ancre, conçu et mis en scène par Jean-Michel Van den Eeyden, avec Dirty Monitor à la vidéo et Rémon Jr à la création musicale.

Danse, cirque, chanson

Aux Hivernales, partenaire danse des Doms, le jeune public est également à l'honneur, avec 10:10 (Nyash Compagnie) où Caroline Cornélis explore - avec trois danseurs et un musicien - le petit monde mouvant de la cour de récréation (du 10 au 20/7).


C'est sur l'île Piot, à Occitanie fait son cirque en Avignon, que les Doms donnent à nouveau rendez-vous aux aficionados, avec La Vrille du Chat, création collective de la Cie Back Pocket pour cinq artistes acrobates.

L'Ajmi, Scène de musiques actuelles jazz d'Avignon et autre partenaire historique des Doms, a donné carte blanche à la Maison qui chante (Bruxelles). Résultat: deux spectacles de chanson jeune public : La Famille Handeldron, production du Théâtre Loyal du Trac et de la Ferme du Biéreau. Une mise en scène de Laetitia Salsano (5-7/7). Et Mundo Mamemo, écrit, composé et mis en scène par Martine Peters et Olivier Battesti, avec Lydia Botana au chant, à la guitare, à l'accordéon, au ukulélé et au piano (9-14/7).

  • Festival d'Avignon Off au Théâtre des Doms, du 5 au 27 juillet (relâche les 10, 16 et 23). Infos : www.lesdoms.eu