Riche saison, se sont dit les membres du jury à mesure que 2015-2016 avançait. Riches débats, ont-ils constaté déjà à l’heure de compiler leurs favoris afin d’établir pour chaque catégorie une liste de trois nominés.

La richesse de nos scènes, réelle, diverse, changeante, se traduit cette année en chiffres, avec un total de nominés (lire ci-dessous) qui excède la somme des parties. Avec d’abord une nouvelle catégorie. Les Prix de la Critique théâtre et danse avaient déjà inclus naguère les spectacles jeune public ; ils s’ouvrent désormais au cirque.

L’histoire des failles

Depuis le "Cri du caméléon", spectacle des élèves sortant du Cnac (Centre national des arts du cirque) mis en scène par le chorégraphe Josef Nadj, le cirque a fait sa grande entrée dans la sphère des arts vivants. Loin du numéro traditionnel, de la prouesse pour la prouesse, le cirque contemporain vient raconter une histoire, celle souvent des failles, de la fragilité ou de la rencontre via un langage corporel qui ne trompe pas. Il s’invite de plus en plus sur scène où se mêlent joyeusement les disciplines : théâtre, marionnettes, danse et cirque. Et se développe en Belgique grâce à la présence de l’Esac, Ecole supérieure des arts du cirque de belle réputation. De jeunes compagnies voient le jour aux côtés des plus anciennes. Les festivals fleurissent (Up ! ou Hors pistes à Bruxelles, par exemple). Les théâtres qui ouvrent leurs portes aux acrobaties se multiplient. Comme les grands metteurs en scène qui s’y intéressent de plus près.

Autant de raisons qui ont encouragé les Prix de la Critique à saluer également, avec les spectacles de cirque, un secteur florissant.

Paires exemplaires

Trois favoris par catégorie, pour les spectacles de cirque comme pour les autres, peuvent donner un peu plus de noms que le résultat arithmétique attendu. Parce que certains cas particuliers débordent du cadre établi. Parce qu’il arrive qu’une entité scénique ne puisse être scindée (deux noms pour une nomination parmi les comédiens). Parce qu’un projet se porte parfois à deux pour mieux dégommer les crispations politico-linguistiques.

C’est ainsi que le Prix Bernadette Abraté, qui chaque année salue une personnalité, un parcours, une initiative en faveur du rayonnement des arts de la scène, ira cette fois à Jean-Louis Colinet et Jan Goossens ensemble, dont la collaboration active est devenue un symbole positif pour Bruxelles et, au-delà, pour la politique culturelle des deux communautés. Les ex-directeurs respectivement du National et du KVS ont chacun dans leur "maison" fait souffler un vent neuf, tout en créant - avec le festival "Toernee General" d’abord, la saison commune "Toernee Capitale" ensuite - des passerelles devenues véritables ponts entre deux institutions phares de la vie scénique belge, bruxelloise et internationale. Ponts que leurs successeurs semblent vouloir entretenir.

Et, comme les règles n’empêchent pas les exceptions, que parfois le réel dépasse la fiction et que le théâtre transcende le tout - catégories comprises -, les jurés ont résolu de couronner un spectacle hors-normes d’un rare Prix spécial du jury (le précédent avait été décerné en 2000 à l’exceptionnel projet "Les Ambassadeurs de l’ombre" de Lorent Wanson avec ATD Quart Monde) : avec son sujet complexe et ses très jeunes interprètes, "Five Easy Pieces" de Milo Rau, créé au Kunstenfestivaldesarts, aura bousculé la saison 15-16 et chacun de ses spectateurs.

"Five Easy Pieces"
© Phile Deprez


Tous les nominés et les raisons des choix du jury (Nurten Aka, Laurent Ancion, Marie Baudet, Didier Béclard, Laurence Bertels, François Caudron, Camille de Marcilly, Michèle Friche, Muriel Hublet, Christian Jade, Catherine Makereel, Dominique Mussche, Nicolas Naizy) sur www.lesprixdelacritique.be

La cérémonie de remise des Prix de la critique pour la saison 15-16 aura lieu le lundi 3 octobre au Théâtre national, à Bruxelles.


14 catégories x 3 nominés = 46 
(ou : Il y a un peu plus, je vous le mets ?)


Meilleur spectacle "Ceux que j’ai rencontrés ne m’ont peut-être pas vu" du Nimis Groupe, "Cold Blood" de Jaco Van Dormael, Michèle Anne De Mey et Thomas Gunzig, "Tristesses" d’Anne-Cécile Vandalem

Meilleure mise en scène "Amor Mundi" par Myriam Saduis, "Elisabeth II" par Aurore Fattier, "Lehman Trilogy - Chapitres de la chute" par Lorent Wanson

Meilleure comédienne Valérie Bauchau dans "Loin de Linden", Mathilde Lefèvre dans "Amor Mundi", Catherine Salée dans "Trois ruptures"

Meilleur comédien Itsik Elbaz dans "Un conte d’hiver" et "Tristesse animal noir", Denis Lavant et Alexandre Trocki dans "Elisabeth II", Jean-Benoît Ugeux dans "Tristesses" et "Nevermore"

Meilleur espoir féminin Audrey D’Hulstère dans "Un tramway nommé désir", Laura Fautré dans "Ma pucelette", Emilie Maréchal dans "Plainte contre X"

Meilleur espoir masculin Julien Besure dans "Les Trois Mousquetaires" et "Un conte d’hiver", Iacopo Bruno dans "Lehman Trilogy - Chapitres de la chute", Adrien Drumel dans "Du béton dans les plumes" et "Reflets d’un banquet"

Meilleur(e) scénographe Boris Dambly pour "Darius, Stan et Gabriel contre le monde méchant", Renata Gorka pour "Un conte d’hiver" et "Tristesse animal noir", Daniel Lesage pour "Lehman Trilogy - Chapitres de la chute"

Meilleure création artistique et technique "Cold Blood" de Jaco Van Dormael, Michèle Anne De Mey et Thomas Gunzig, "L’Intruse" d’Emmanuel Texeraud, "Tristesses" d’Anne-Cécile Vandalem

Meilleur(e) auteur/autrice belge Axel Cornil pour "Du béton dans les plumes" et "Crever d’amour", Céline Delbecq pour "L’Enfant sauvage", Veronika Mabardi pour "Loin de Linden"

Meilleure découverte "On the Road… A" de Roda Fawaz, "Reflets d’un banquet" de Pauline D’Ollone, "Safari (comme un teen movie" d’Armel Roussel

Meilleur seul en scène "L’Avenir dure longtemps" par Angelo Bison, "L’Enfant sauvage" par Thierry Hellin, "Porteur d’eau" par Denis Laujol

Meilleur spectacle de danse "Happy Hour" de Mauro Paccagnella et Alessandro Bernardeschi, "Rushing Stillness" de Marielle Morales, "Simplexity" de Thierry De Mey

Meilleur spectacle jeune public "Alibi" du Théâtre de l’E.V.N.I., "Stoel" de la Nyash Compagnie, "La Théorie du Y" de Caroline Taillet

Meilleur spectacle de cirque "La Cosa" de Claudio Stellato, "Jet-lag" de la Compagnie Chaliwaté, "Poivre rose" de la Compagnie Poivre rose

Prix Bernadette Abraté Jean-Louis Colinet et Jan Goossens

Prix spécial du jury "Five Easy Pieces" de Milo Rau