"Espèce de Cameron" va-t-il passer dans le langage courant pour désigner un "loser"?

On peut le penser puisque la référence au futur ex-Premier ministre britannique a déjà servi au chef de l’opposition travailliste en Australie pour y railler les déboires électoraux du Premier ministre sortant. La diplomatie pour les nuls.

"Espèce de Cameron" va-t-il passer dans le langage courant pour désigner un "loser"?
©reporters
Philippe Paquet
L’expression "espèce de Cameron" va-t-elle passer dans le langage courant pour désigner un "loser" dont l’action produit le résultat contraire à celui escompté ? On peut le penser puisque la référence au futur ex-Premier ministre britannique a déjà servi au chef de l’opposition travailliste en Australie...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet