Pas de commentaire: Elio, Bart, futurs seconds rôles

Dès ses débuts en politique, le président de la N-VA avait identifié deux verrous sur sa route, Anvers et le CVP. Pour gagner à long terme, il fallait que le pavillon socialiste cesse de flotter sur la plus grande ville flamande, puis que soit démantelé l’empire démocrate-chrétien, avec ses satellites mutuellistes et syndicaux irréductiblement attachés à l’Etat fédéral.

Pas de commentaire: Elio, Bart, futurs seconds rôles
©Photo News
François Brabant
C’était dans les années 1990. A l’époque, nul n’avait prêté attention à la prophétie. Bart De Wever n’était qu’un jeune militant nationaliste flamand, affilié d’une Volksunie en pleine crise existentielle. Mais l’homme voyait...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité