L’étrange destin balzacien d’Eric Zemmour

Le candidat d’extrême droite est fasciné par Lucien Chardon (de Rubempré), antihéros des Illusions perdues.

L’étrange destin balzacien d’Eric Zemmour
©AFP
Eric Zemmour a des lettres. Et, dans son panthéon intellectuel, Balzac (1) occupe une place de choix. Tout comme Proust, une pièce de La Comédie humaine l’a plus profondément marqué : les Illusions perdues. Le personnage principal, Lucien Chardon,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet