Mesdames les expertes, de grâce, soyez imprudentes !

Le syndrome de l’imposteur, régulièrement observé chez nos interlocutrices, chercheuses et professeures d’université, a ses limites. La prise de risque, lorsqu’elle est calibrée, est une vertu.

Mesdames les expertes, de grâce, soyez imprudentes !
©Reporters / QUINET
"Ah non, pas moi ! - Si,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité