La chronique de la rédaction

Imaginez la scène. Vous entrez dans une maison, peu importe laquelle, chez des inconnus, chez des parents ou des amis. À peine arrivé dans le vestiaire, ou dans le salon, vous vous délestez de votre manteau, de votre veston, de votre écharpe que vous laissez traîner par terre. Pas grave, quelqu’un rangera.

Une humeur de Francis Van de Woestyne.