Diplo pour les nuls : Népotisme et copinage à tous les étages

Denise Nyakeru, Première dame de RDC
Denise Nyakeru, Première dame de RDC ©AFP

Dans la famille de la Première dame de la République démocratique du Congo, l’épouse du chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, alias "Fatshi Béton", la "très distinguée" Denise Nyakeru, comme l’appellent les nombreux zélotes du régime congolais, on baigne visiblement dans la haute diplomatie.

En effet, après la désignation de John Nyakeru, le beau-frère du président, comme ambassadeur au Kenya, c’est cette fois la sœur, Jeannette Njuma Nyakeru, qui vient d’être élevée au rang d’ambassadrice au Ghana.

Si John Nyakeru pouvait se prévaloir d’un passage à la tête du protocole de la présidence… de son beau-frère, les antécédents politico-diplomatiques de la nouvelle cheffe de poste d’Accra demeurent plus sibyllins.

Du côté du département des Affaires étrangères congolais, certains des confrères de ces deux diplomates "s'étonnent" ou s'étranglent de cette désignation et expliquent qu'il s'agit "de toute façon d'un lot de consolation". "La dame aurait préféré le poste à Londres, mais le Royaume-Uni, où elle a vécu quelque temps, s'est montré peu réceptif", explique un de ses collègues très diplomate. Tandis qu'un autre, moins partisan de la langue de bois, rappelle que John Nyakeru, désigné à la mi-février de cette année au Kenya, "louchait en fait sur le poste en Afrique du Sud mais le pays hôte a fait comprendre qu'il était préférable d'envoyer un autre ambassadeur, c'est ainsi que Fidèle Mulaja a été désigné. Même scénario à Londres, les services britanniques ont recalé la candidature de Mme Nyakeru. Comme il fallait lui trouver un poste coûte que coûte, le ministère des Affaires étrangères s'est tourné vers le Ghana, moins regardant".

L'actuel régime en place en République démocratique du Congo tend de plus en plus à se racrapoter sur un cercle restreint de privilégiés qui brillent surtout par leurs liens familiaux ou leurs relations étroites avec le clan présidentiel, à la grande colère d'une population que ce népotisme insupporte même au sein du parti présidentiel, l'Union pour le développement et le progrès social (UDPS), cofondé et longtemps dirigé par le père de l'actuel président Étienne Tshisekedi. Dans ce parti, qui a symbolisé l'opposition aux régimes du maréchal Mobutu et des Kabila, ils sont nombreux à pointer du doigt le copinage à la tête de l'État et le "placement des amis du président venus de Bruxelles ou de Paris à la tête des ministères ou des départements qui gèrent et génèrent des millions de dollars, malgré leur méconnaissance du pays et de la chose publique". Un népotisme accompagné de bien d'autres manquements qui ne semblent pas déranger la Belgique qui reprend sa coopération en RDC sans être trop regardante sur l'état de droit.