Édito: Ne pas céder à la panique sur le nucléaire

Les mauvaises nouvelles s’accumulent ces derniers temps à propos des centrales nucléaires belges qui sont toutes gérées par Electrabel. A l’heure actuelle, près de 50 % du parc est à l’arrêt. Mais il ne faudrait pas que la peur d'un "black out" ait une quelconque influence sur la sécurité nucléaire. Un édito d'Ariane van Caloen.

Édito: Ne pas céder à la panique sur le nucléaire
©Photo News
Ariane van Caloen
Les mauvaises nouvelles s’accumulent ces derniers temps à propos des centrales nucléaires belges qui sont toutes gérées par Electrabel. A l’heure actuelle, près de 50 % du parc est à l’arrêt. C’est une perte d’huile, peut-être due à un acte de sabotage,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet