Édito: les mauvais choix culturels du gouvernement Michel

L’annonce, mardi, par le directeur de la Monnaie de la fin des opéras baroques, de deux créations en moins par an et de la fin de la danse à la Monnaie est une conséquence directe des mesures du gouvernement. Pourtant, la culture est aussi un vrai gisement économique et d’emplois. Un édito de Guy Duplat.

Édito: les mauvais choix culturels du gouvernement Michel
©Bernard Demoulin
Guy Duplat
Quand en 1983, Mitterrand avait imposé la rigueur, il ne prévoyait que deux exceptions : la culture et la recherche. Car ce sont deux portes pour préparer l’avenir. Aujourd’hui, la Belgique est acculée à la rigueur, mais ni la culture ni la recherche ne sont épargnées. L’annonce, mardi, par le directeur de la Monnaie de la fin des opéras...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet