Edito: dans le rachat de Brussels Airlines, pas de place pour le sentimentalisme

Cette fois, c’est un fait : la compagnie belge Brussels Airlines est entièrement entre les mains du géant allemand Lufthansa. Faut-il s’en émouvoir ? Et se laisser submerger par la nostalgie d’un passé où notre pays n’avait besoin de personne pour assurer seul ce statut de compagnie aérienne nationale ? Un édito de Vincent Slits.

Vincent Slits
Edito: dans le rachat de Brussels Airlines, pas de place pour le sentimentalisme
©Flémal
Un édito de...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité