Edito: Merkel n’a pas vu venir le péril fasciste en Allemagne

Un édito de Hubert Leclercq. Pendant des années, Angela Merkel, malgré sa puissance, s’est contentée de gérer gentiment les intérêts immédiats de son pays et de son parti, reléguant le combat politique interne contre l’extrême droite au rang de priorité de seconde zone. Elle n’a pas vu ou voulu voir venir ce péril aux accents fascistes.

Edito: Merkel n’a pas vu venir le péril fasciste en Allemagne
©AP

Un édito de Hubert Leclercq.

Sale temps pour Angela Merkel et sa CDU. Ce duo paraissait pourtant indéboulonnable du pouvoir en Allemagne. Une élection chaotique début février en Thuringe, petit land de l’ex-Allemagne de l’Est, a suffi pour tout bouleverser. Le vernis a craqué. La patronne du parti démocrate-chrétien,

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité