Edito : en Biélorussie, c’est à qui perd gagne

Un édito de Sabine Verhest.

Edito : en Biélorussie, c’est à qui perd gagne
©ABACAPRESS
Jamais Alexandre Loukachenko n’avait autant vacillé sur son trône. Le chef de l’État biélorusse, s’il a officiellement remporté l’élection présidentielle de dimanche avec 80 % des suffrages, a de facto perdu ce qui lui restait de légitimité. Les résultats de l’élection ont été tellement trafiqués qu’ils en sont devenus ridicules. Svetlana Tikhanovskaïa, l’opposante surprise, créditée de 10 % des voix par une commission électorale...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet