Edito: L’Union européenne est fragile, mais elle se soigne

Un édito d'Olivier le Bussy.

Edito: L’Union européenne est fragile, mais elle se soigne
©AFP
Cela tient d’un noir comique de répétition. À l’entame de son mandat, le nouveau président de la Commission dresse ses plans et affiche ses ambitions pour l’avenir de l’Union européenne… avant de se voir rapidement contraint de les ranger au tiroir pour gérer l’urgence d’une crise qui se déclenche. Elle était institutionnelle avec le rejet du traité constitutionnel pour Barroso I; financière et économique pour Barroso II; Juncker a dû faire face à la crise grecque, celle de l’asile et au Brexit.
Ursula von der Leyen ne fait pas exception à la règle. Sa Commission n’était pas en place depuis deux mois quand l’Europe a subi un choc sanitaire grave, provoqué par un nouveau coronavirus venu de Chine, qui a entraîné...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet