Edito : le désarroi des bourgmestres…

Un édio de François Mathieu

placeholder
© AP
Les pleurs d’une des bourgmestres contactées dans le cadre de cette édition étaient le fruit d’une immense fatigue. Mais aussi d’un profond désarroi. Forcément en première ligne pour faire face à l’urgence et répondre aux nombreuses demandes de leurs administrés, les bourgmestres se sentent seuls. On peut légitimement les imaginer esseulés. Ils ne le sont pas, pourtant, et c’est bien là le problème. Depuis des années, des plans de prévention et de gestion des risques ont...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité