Edito: la nausée

Un édito de Dorian de Meeûs.

Edito: la nausée
©AFP
Malgré l’absence de combats, l’entrée tant redoutée des insurgés islamistes à Kaboul a soulevé un vent de panique considérable. Les scènes de désespoir observées à l’aéroport international semblent tout droit sorties d’un effroyable cauchemar ou d’un film. Des jeunes de quinze à vingt ans, qui n’ont jamais connu le régime des talibans, refusent de subir ce que leurs parents ont vécu. Ils prennent tous les risques pour s’enfuir. Ils abandonnent tout dans une cohue...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet