Edito sur les chiffres Covid : le hasardeux effet loupe

Un édito de Dorian de Meeûs.

Edito sur les chiffres Covid : le hasardeux effet loupe
©BELGA

"Seul 0,2 % des personnes totalement vaccinées ont été infectées par le coronavirus. En outre, elles ne représentent que 2,1 % des hospitalisations liées au Covid-19 depuis le 1er janvier." Cette publication de l'Institut de santé publique Sciensano a fait bondir nombre d'internautes. Et pour cause, la proportion de Belges "totalement immunisée par le vaccin" était faible jusqu'en juin, ce qui introduit un regrettable biais statistique. Regrettable, car au lieu de se réjouir de l'efficacité incontestable des vaccins, des internautes préfèrent dénoncer une forme de "désinformation", voire "manipulation" des données.

D'aucuns affirment même que "20 % des hospitalisés étaient complètement vaccinés". Un premier coup de sonde confirme que c'est bien le cas dans une poignée d'unités de soins intensifs où - par exemple - deux patients sur dix avaient reçu les deux doses. Notre rédaction s'est donc penchée plus en profondeur sur la situation actuelle dans les hôpitaux et continuera à le faire en se rendant dans des services "Covid" et de soins intensifs. Mais prudence, car l'effet loupe réduit la visibilité des bienfaits globaux de la vaccination, tels que des hospitalisations sous contrôle et un faible nombre de décès quotidiens. Rappelons aussi qu'un vaccin n'est pas une potion magique. Même après deux doses, certains individus - notamment les immunodéprimés - peinent à être correctement protégés par le vaccin.

Par conséquent, ces statistiques compilées, bien qu’utiles, restent des chiffres. Et on peut leur faire dire beaucoup de choses. Ils ne permettent pas non plus d’identifier les profils des patients hospitalisés. Et là, on s’aperçoit dans les villes que, dans certaines communautés, des personnes à risques restent imperméables aux vaccins. L’enjeu pour les ministres de la Santé et les bourgmestres est ici considérable pour éviter l’émergence de clusters.

Face au risque d’interprétations hâtives et face à la méfiance de nombre de citoyens, il s’avère toujours aussi essentiel d’opter pour une communication nuancée, lisible et pertinente des statistiques. C’est certes le rôle de la presse, mais aussi d’autorités telles que Sciensano…

Sur le même sujet