Une pause à vivre, pas à subir

Un édito de Dorian de Meeûs.

Une pause à vivre, pas à subir
©BELGA
Le tour de vis arrive tard et de manière confuse. On pourrait dénoncer une gestion légère, une communication chaotique ou même l'absence de contrôles des mesures prises. Mais face à un redoutable et imprévisible virus, de la nuance s'impose. Alors, un lockdown serait évidemment une solution, mais est-ce responsable sur le plan humain, social et économique ? Non. L'essentiel est dès...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet