Quand la BCE joue la montre

Un édito de Patrick Van Campenhout

Quand la BCE joue la montre
©AFP
Patrick Van Campenhout
Si la Banque centrale européenne (BCE) a clairement entamé un retour à la normale, tout laisse penser que ce processus va prendre beaucoup de temps. Les milliards d'euros vont continuer à se déverser sur le marché obligataire, gardant ainsi sous pression les taux d'intérêt à long terme.

Certes la cadence et le volume de ces interventions vont aller decrescendo, mais de manière insensible, ou presque. Les opérateurs financiers l'ont parfaitement compris, qui sont revenus vers les marchés d'actions, dopés aux liquidités des banques centrales depuis le printemps 2020. L'attitude de la BCE est-elle uniquement dictée par le bond inattendu de l'inflation ? C'est difficile à croire, tant les caractéristiques de cette hausse des prix sont inédites.

Une part du bond inflationniste est en effet liée à une panne temporaire de l'offre en raison de la reconstitution laborieuse des stocks des entreprises. Celle-là sera temporaire, et comme le pensent les experts de la BCE, le phénomène devrait...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet