Et, à la fin, il reste le pragmatisme

Un édito de François Mathieu.

Et, à la fin, il reste le pragmatisme
©IMAGO
La Commission européenne, en proposant de considérer comme durables les investissements énergétiques dans le gaz et le nucléaire, sous certaines (strictes) conditions, ne va pas seulement permettre aux investisseurs de savoir précisément quelles sont ces activités "durables" ou "de transition". Elle risque aussi d’échauffer encore un peu plus les esprits sur ce dossier de la transition énergétique, et pas seulement en Belgique, qui n’en finit pas de sortir du nucléaire. La proposition de la Commission remet en effet...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité