Le baiser de la mort

Un édito de Francis Van de Woestyne.

Le baiser de la mort
©AFP
Entre un président rationnel, progressiste, européen, jugé distant mais constant, technocratique mais énergique, lointain mais éclairé, et une candidate d’extrême droite qui a réussi à polir son discours jusqu’à faire oublier ses obsessions identitaires,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet