Un élu, ça se respecte

Un édito de Dorian de Meeûs

Un élu, ça se respecte
©JEAN LUC FLEMAL
Face à leurs élus, les citoyens émettent des regrets, souvent. Des critiques, légitimes. Des désaccords, franchement inévitables. Inutile de détailler à quel point les temps sont polarisés et difficiles, économiquement, socialement, environnementalement, et nerveusement aussi. Dès lors, et de plus en plus, les dirigeants, qu’ils soient échevins ou ministres, doivent faire face à des angoisses et à des colères profondes, mais aussi incessantes. Le temps des rendez-vous hebdomadaires dans les permanences est révolu. La livraison matinale des lettres de doléances, aussi. Aujourd’hui, les citoyens se plaignent sur les réseaux sociaux, pointent...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet