Hamon mérite la transparence

Un édito de Stéphane Tassin.

Hamon mérite la transparence
©BELGA

La transparence réclamée par l’opposition wallonne sur la faillite de la société Hamon dans laquelle la Wallonie a investi des dizaines de millions d’euros est légitime. Et elle dépasse finalement le dossier lui-même. Non pas parce qu’il y a forcément matière à condamnation de qui que ce soit. Nous n’en savons rien. Encore moins parce qu’il s’avère que l’argent public investi de manière importante dans cette société l’a été en dépit du bon sens. Nous n’en savons rien non plus. Mais que ce soit le cas ou non, tout le monde, élus comme citoyens, gagnerait à connaître tous les tenants et aboutissants de ce dossier, la justification de certaines situations, et toutes les raisons qui ont poussé les pouvoirs publics à croire à un avenir positif pour cette société en difficulté.

La manière dont la majorité en place au sud du pays (PS, MR et Écolo) joue un peu la carte de l’omerta en refusant de transmettre - avec les précautions d’usage bien entendu - l’ensemble des documents relatifs à cette question est incompréhensible. Certes, la majorité peut craindre que l’opposition incarnée par les Engagés et par le PTB cherche à la mettre en difficulté. C’est de bonne guerre, c’est de la politique. Mais pourquoi dès lors se borner à refuser en bloc les demandes d’auditions des principaux intervenants de ce dossier ? Si la demande de mise en place d’une commission spéciale est sans doute excessive, la refuser ne dédouane pas la majorité de répondre à toutes les questions qui se posent encore.

Le gouvernement wallon dispose, nous dit-on, de toutes les pièces lui permettant de démontrer que les zones d’ombre évoquées par l’opposition n’en sont pas et que toute cette affaire s’est jouée à la régulière. Pourquoi alors refuser de les produire ?

Faire preuve de transparence n’est certainement pas un aveu de faiblesse. En démocratie, si c’est la majorité qui dirige, la minorité ne peut jamais être considérée comme quantité négligeable. Le rôle d’un parlement est avant tout de contrôler l’action du gouvernement. Si ce dernier est irréprochable, il doit au moins le démontrer à ceux qui en doutent.