En Arabie, un jugement ubuesque

Un édito de Christophe Lamfalussy.

Salma al-Shehab, doctorante et militante pour le droit des femmes, parle à un journaliste lors de la Foire internationale du livre de Riyad, en Arabie saoudite, en mars 2014.
Salma al-Shehab, doctorante et militante pour le droit des femmes, parle à un journaliste lors de la Foire internationale du livre de Riyad, en Arabie saoudite, en mars 2014. ©AP
Une condamnation à 34 ans de prison pour avoir relayé sur son compte Twitter des messages de militantes des droits de la femme et critiques du régime saoudien, tout cela entre des photos d’anniversaire : ce qui est arrivé à Salma al-Shebab dépasse tout entendement. Un tribunal pénal spécial a en effet porté en appel une peine de six à 34 ans à l’encontre de cette mère de deux enfants, doctorante à l’université de Leeds, qui a été arrêtée en Arabie...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité