Les dictateurs et la justice

Un édito de Philippe Paquet.

Les dictateurs et la justice
©AFP
Cela a tout d’une mauvaise farce : Aung San Suu Kyi a été condamnée vendredi à trois années de prison supplémentaires pour "fraude électorale", ce qui porte le total à vingt - pour le moment, parce qu’à l’issue des multiples procès bidon encore prévus, c’est en théorie plus d’un siècle que...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité