Et le rail qui m’aille, chère Vivaldi ?

Un édito de François Mathieu.

Et le rail qui m’aille, chère Vivaldi ?
©PHOTONEWS
On peut retourner le problème du rail belge dans tous les sens mais son problème majeur réside dans la manière de faire plus avec moins. En des termes plus policés, la question principale est de savoir comment parvenir à réaliser...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité