L’Onu bousculée par les femmes d’Iran

Un édito de Philippe Paquet.

FILE - Protesters gather outside the UN headquarters in Irbil, Iraq, on Sept. 24, 2022, to protest the death of Masha Amini, who had fallen into a coma for three days after being detained by the morality police in Tehran, Iran. Spontaneous mass gatherings to persistent scattered demonstrations have unfolded in Iran, as nationwide protests over the Amini's death have entered their fourth week. (AP Photo/Hawre Khalid, Metrography, File)
Des manifestants se rassemblent devant le siège des Nations unies à Irbil, en Irak, le 24 septembre 2022, pour protester contre la mort de Masha Amini, tombée dans le coma pendant trois jours après avoir été détenue par la police des mœurs à Téhéran, en Iran. ©Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
Alors que les footballeurs de l’équipe iranienne défiaient spectaculairement la République islamique en refusant d’entonner l’hymne national, lundi, lors de leur premier match de Coupe du monde, un vote de l’Onu est passé relativement inaperçu. Mercredi dernier, le troisième comité de l’Assemblée générale des Nations unies...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité