Edito Aux difficultés déjà énoncées pour former des majorités gouvernementales dans les entités et au fédéral (système proportionnel, sensibilités politiques différentes au Nord et au Sud du pays, exclusives en pagaille), il faut désormais en ajouter une autre: les dissensions à la tête du Parti socialiste. Entre, d'une part, le président de toujours, Elio Di Rupo, et le porte-parole du parti, Paul Magnette.(...)