Edito Un contrôleur aérien, malade, ne s’est pas présenté mercredi à son poste de travail = un aéroport bloqué pendant plusieurs heures. Cette équation absurde et surréaliste ne pouvait devenir réalité que dans un seul pays au monde : le nôtre. Mercredi matin, la fermeture de l’aéroport de Charleroi a une nouvelle fois été dévastatrice pour l’image de notre pays, une semaine seulement après l’action de certains contrôleurs qui avait entraîné, deux jours durant, l’annulation de plusieurs centaines de vols dans nos aéroports.
(...)