Edito Avouons-le : on a toujours été sensible à l’humour britannique, subtilement épicé de non sense. En revanche, la pitoyable comédie dans laquelle le Premier ministre David Cameron a embarqué ses partenaires européens et les institutions de l’Union n’a rien d’amusant. Ces derniers ont ainsi été contraints de se livrer à un exercice de contorsion politique et juridique pour répondre à ses capricieuses demandes de renégociation de la relation du Royaume-Uni à l’Union, sous peine de le voir larguer les amarres - le lien est au demeurant déjà assez lâche, puisqu’il n’est ni dans la zone euro, ni dans l’espace Schengen et se contente de picorer ce qui l’intéresse dans quantité d’autres plats de la carte européenne.

Un édito à découvrir dans son intégralité dans notre "Sélection LaLibre.be" (à partir de 4,83 euros par mois).